Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

180 articles avec les ecrits

Les appelés Algériens !

Publié le par francis.mauro

Les appelés algériens dans nos rangs.

Comme dans toutes les unités des forces françaises en Algérie, les jeunes Algériens, comme les pieds-noirs étaient appelés sous les drapeaux pendant la guerre d’indépendance.

Nous avions à Sidi Djémil un contingent de ces jeunes appelés venants des quatre coins de l’Algérie. Rien de surprenant avec les appelés de métropole, ils étaient des bidasses comme les autres, à part bien sûr le régime alimentaire, et le rituel du ramadan.

Quand était-il de leur comportement avec les appelés de France ?

Des amitiés se forgèrent avec les mêmes critères que ceux de la métropole entre eux.

Ce qui avait une différence, ce fut lors des accrochages. Nos jeunes amis ne tiraient pas sur leurs frères. Ils avaient reçu des consignes probablement chez eux. Car soit qu’ils tirassent en l’air soit quand cas de coup dur de nuit par exemple, ils abandonnent leurs armes et fuyaient le combat en toute discrétion quitte à se faire passer pour des « trouillards ». En cas où ils furent récupérés par leurs frères, ils pouvaient affirmer ne pas avoir tiré, car sans armes.  Probablement ils suivaient les consignes des gens de chez eux. Mais à la première occasion s’ils pouvaient nous fausser compagnie avec armes et bagages certains ne s’en privèrent pas ! à Sidi Djémil, il n’y eu rien de tel, simplement des tirs au ciel que j’ai peu constater de visu, et des abandon d’armes de nuit. En moralité, il fallait bien se dire que ces soldats n’étaient pas avec nous pour nous aider, mais pour ne pas se soustraire à l’obligation du service militaire sous peine d’être des insoumis. Et aller au FLN ne les motiver pas plus que cela. Ils étaient avec nous en attendant que cela se passe sans aucune conviction. Ils étaient en quelque sorte des hommes ne voulant prendre parti sinon d’épargner leur vie et celle de leurs frères en face, cela c’est un jeune appelé Algérien qui me l’a confié un jour au cours d’une opération. Il avait un grand sens de vison sur les événements, me disant que tout ce que nous faisions ne servirait à rien et que l’indépendance, ils allaient l’obtenir inévitablement. Ce jeune n’avait que 20 ans, mais déjà il savait. Je pense qu’une fois l’indépendance acquise, ils s’en retournèrent chez eux sans être inquiétés par l’armée de l’ALN, ce qui aurait été dommage si cela devait se produire. J’avais comme beaucoup d’entre nous une sincère sympathie pour ses jeunes appelés d’Algérie. Hélas, les appelés pieds-noirs n’ont eu que le choix que de quitter leur pays à jamais.

À ce sujet, je voudrais m’étendre, pour compléter mon message, les appelés Algériens, qui abandonnaient leurs armes, savaient très bien qu’ils n’étaient pas perdus pour tout le monde. Dans un accrochage de nuit, J’avais retrouvé le PM d’un de ces militaires bien en évidence au bord d’un oued posé  délicatement sur une butte de terre. Un peu comme une offrande au FLN. Et non comme il le prétendait, l’avoir perdu dans sa hâte paniquée par les coups de feu. Ce geste était donc volontaire.   Une manière comme une autre de soutenir la rébellion sans trop s’exposer. Des cas comme cela il doit y en avoir eu pas mal.

 

le webmaster.FM

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Il faut lire avant de devenir trop vieux !

Publié le par francis.mauro

  ecusson-1956.jpg

Envie, de faire un cadeau,

Ou de vous faire plaisir.

Vous avez le choix parmi cette sélection.

(Le port des livres est offert).

Francis Mauro, Sociétaire des écrivains combattants & des gens de lettres.

(Associations reconnues d’utilité publique).

L’auteur : Francis Mauro, 12, route de Paillart 60120 ESQUENNOY.

E-mail : mauro.francis@neuf.fr

Francis Mauro.

 

 

F.M-en-Op--MO.JPG

l'auteur ici à Sidi Djémil 1957.

 

Écrire toujours et encore c’est ma raison de vivre.

Guerre d’Algérie.

Biographie d’un baroudeur.19 €, Éditions 1900-2050.

L’histoire de la vie d’un légionnaire, qui fit la guerre 39/45, l’Indochine, et l’Algérie, pour finir sa vie paisiblement en France comme berger.

Une vie extraordinaire avec son passage successif dans l’armée Italienne, allemande, et pour finir la légion étrangère. (Préface du général Henri Radet)

L’impubliable. (Pseudo. Arnold Arens) 22€ (épuisé)

Livre choc qui révèle ce qui il ne voulait ou n’osait dire dans son premier livre « Récits d’un engagé en Algérie ». Écrit sous son pseudonyme, Arnold Arens.(épuisé)

Fils d’harkis 18 € (Éditions 2008) Éditions du Gastéropode

Il s’agit ici de la vie d’un algérien qui avait 10 ans en 1962 où il quitte son pays, en faisant le serment de revenir venger ses sœurs et son père tués par l’ALN. Pour cela, il reviendra au pays sous une figure qu’il n’avait pas choisi.

Notre jeunesse perdue 18 €, 2009 éditions du Gastéropode

Il s’agit de révélations inédites sur mon parcours en Algérie, je raconte ce que je n’osais dire dans mes autres ouvrages, à présent il y la prescription.

Récits d’un engagé en Algérie.19 € Éditions 1900-2050.

Il s’agit tout simplement du récit de mes 39 mois passés en Algérie sur la frontière tunisienne et le barrage électrifier. (Préface du Capitaine de réserve Claude Le Palmec)

je raconte ma vie les opérations avec les camarades appelés. Certains furent tués, les combats subsistèrent rudes avec un ennemi impalpable.

 

Les illusions de Max : 20 € Éditions du Gastéropode.

« Un roman exclusif à lire absolument ».

Il est question dans ce livre de 438 pages, le dernier que j’ai publié en fin 2012. Je raconte l’itinéraire d’un déserteur. Ce livre me tenait à cœur sur le parcours d’un soldat déserteur dont j’avais eu écho. Il faut savoir que cela n’était pas un fait isolé. Avec les connaissances du terrain sur cette frontière tunisienne, j’ai romancé la vie de ce déserteur que j’appellerais Max.

Vous allez vivre des moments chauds de guerre avec des faits réels qui se sont déroulés sur cette fichue frontière, chère de nos amis Hussards qui ont eu la lourde tâche de la « garder » les moments de harcèlement, les mines, les attaques sporadiques, les manœuvres et les agissements de l’ALN avec ses collectes de fonds et ses centres d’entraînements en Tunisie, les voyages en Suisse de ses agents. Vous allez être plongés dans l’univers inconnu de nos ennemis de l’autre côté de cette frontière. votre curiosité de savoir ce qui se passait chez ceux que nous combattions, vous pouvez la vivre réellement avec un sentiment bien précis, vous plongeant dans le cœur de la rébellion. Il y a le sentiment humain démontrant la détresse des hommes durant ce conflit pas comme les autres.  Mon meilleur ouvrage très certainement.     

 

Mohammed Abdi.18 € Éditions. 1900-2050.

C’est la biographie d’un harki qui me confia le soin d’écrire ce livre à sa place. Il témoigne d’une vie fortement mouvementée en cette période de guerre.

Il nous conte ses combats en Algérie et en métropole où il s’acharne à ce que la France reconnaisse leur attachement à celle-ci avec plus de considération. (Préface par du ministre André Santini).

La fille oubliée.18 €. Éditions du Gastéropode 2010.

Roman ayant un rapport avec l’après-guerre d’Algérie, certains groupes islamistes d’aujourd'hui, le tout sous une trame policière, agrémentée d’une belle histoire d’amour.

Compiègne terre d’accueil pour les Harkis.18 €, Éditions 1900-2050.

C’est un livre de témoignages recueillis auprès d’anciens harkis et d’Européens vivant dans cette ville. (Préface du Sénateur Maire de Compiègne Philippe Marini (épuisé)

Récits du 4ième Régiment de Hussards. 18 € (nouveau) Éditions du Gastéropode.

Il s’agit de recueils et témoignages de la guerre d’Algérie, avec l’historique du régiment depuis sa création à nos jours. Un livre a conservé dans les familles, pour que la mémoire ne se perde dans la nuit du temps qui passe.273 pages de bonheur pour les amoureux du 4eRH.

Ce livre, il faut l’avoir chez soi pour tous ceux du 4e de Housards.

Divers.

Le défouloir de la rose.16€ (poèmes) Éditions 1900-2050.

Un condensé de mes pensées et de poèmes, plus ou moins délirant.

Je fais mon pain.17€ (pratiquer) Éditions 1900-2050.

Livre avec la façon de faire vous-même votre pain, je donne ici mes « secrets » d’un vieux boulanger que je fus pendant 35 ans de ma vie.

Les secrets de notre mental.16€ (Pseudonyme Arnold Arens) (Essai psychologique) Éditions Piétera Liuzzo.

Il s’agit ici d’une étude succincte sur ce que la vie lui a enseignée et les conclusions relatives pour mieux se connaître et mieux vivre sa vie que nous soyons jeunes ou vieux.

Ma philosophie.18€ Éditions du Gastéropode.2009.

Mes réflexions et ma philosophie, avec  des pensées et des poèmes. Un peu de tout. Un livre à lire pour passer le temps en vacances.

Les aléas d’un président.18€ Éditions du Gastéropode.2010.

Histoire amusante sur le naufrage d’un président sur une terre isolée loin du monde. Une suite de péripéties plus drôle les unes que les autres, il y moquerie avec un président bien connu.

 

Mes quatre vies.10€ Éditions du Gastéropode.2010

 

Ici c’est un condensé de ma propre vie de ma naissance à aujourd’hui, cela peut intéresser ceux qui sont proches de moi ; sans intérêt pour les autres.

Faire son pain quotidien.10€ Éditions du Gastéropode.2010.

Une réédition en quelque sorte de « je fais mon pain », mais avec une plus grande explication pour le pain au levain. Avis à ceux qui voudraient faire eux même du bon pain bio à l’ancienne

 

Romans fiction.

L’éclipse des métaux.12 €.publibook.

Il s’agit d’une petite extrapolation sur ce que serait notre vie, si un jour les métaux viennent à disparaître. Amusant avec une histoire de la vie d’une famille et tous les actes de vie qu'en découlent.

Les marcheurs silencieux.19 €. Éditions 1900-2050.

Ce livre vous emporte dans un voyage au néolithique avec une famille qui aurait pu être celle de nos ancêtres. Nous sommes en 6022 avant J C.

Zakan la terreur.24 €. Éditions 1900-2050.

Ici il s’agit d’une extrapolation sur le futur. Nous sommes en 4022 après JC. C’est un peu la réplique aux « marcheurs silencieux » avec un certain décalage temporel.

Discordance mondiale.18 €. Éditions 1900-2050.

Livre qui s’accroche à la réalité de notre avenir proche où le monde bascule dans le désordre sauvage. Là aussi, nous vivons dans une famille avec ses dérives fabriquées par les événements.

Confidence d’un livre.18 €. Éditions 1900-2050.

Quoi de plus étrange qu’un livre qui parle en vous racontant sa vie de 1869 à nos jours. Il vous emmène dans son grand voyage traversant tous les moments de sa vie, avec un humour qui vous fera rire par moments. Très original !

 

 

Noire et blanc.17 €. Éditions 1900-2050.

Le titre parle à lui seul, une femme noire et un homme blanc s’aiment. Quoi de plus naturel ? Vous allez vivre avec ce couple et tous les problèmes s’y rattachant. Un livre antiraciste.

Isara la sorcière picarde.18€ aux éditions du Gastéropode. (Ésotérique)

Livre sur la saga d’une femme ayant des pouvoirs qui se transmettent de mère en fille depuis la nuit des temps.

 

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Il fallait le publier.

Publié le par francis.mauro

J'étais à Grenoble dimanche 11 novembre, dernier jour d'une émouvante et magnifique exposition sur l'exode de 1962, organisée par l'Amicale des Rapatriés. Dans cette ville très particulière, qui compte une présence maghrébine importante, les visites "en nombre " des familles algériennes étaient quotidiennes depuis le début des vacances scolaires de la Toussaint ( + de 150 tableaux exposés).

Un responsable de l'exposition, que je connais bien, m’a fait lire un texte écrit depuis quelques jours par un Algérien sur le Livre d'or ( et qu'il avait photocopié tant il en était touché). Je dois vous avouer que j'en avais, moi aussi, les larmes aux yeux en lisant le texte ( que j'ai conservé) et qui est le suivant :

"Vous, les Pieds-Noirs, que nous avons chassés de votre terre natale, nous avons vite compris que vous aimiez l'Algérie plus que nous, parce que vous l'aviez "enfantée" dans la douleur et élevée avec courage et dans le sacrifice.

Le peuple algérien, d'après 1962, n'arrivera jamais à faire quelque chose de ce pays, car, pour la grande majorité, il l’a trouvé comme un beau jouet laissé à des enfants gâtés.

Le jouet est cassé depuis longtemps, et les dirigeants qui ont accaparé le pouvoir ont été incapables de stimuler le peuple pour lui faire aimer son pays.

Au contraire, ils n'ont rien fait pour dissuader, retenir tous ceux qui l'ont fui.

Ils ont même exigé plus de visas et de conditions d'accueil des pays étrangers…de la France.

>Ils ont passé leur temps et leur énergie à alimenter les rancunes et la haine envers vous, les Pieds-Noirs et envers la France pour faire diversion de leur incompétence.

Alors, nous aussi, nous sommes partis, ne voulant pas que nos enfants coulent avec ce bateau à la dérive.

Pardonnez-nous d'avoir découvert trop tard, combien vous alliez nous manquer et surtout, manquer à l'Algérie.

Merci pour cette magnifique exposition qui montre à la ville de Grenoble, à la France et au monde entier, ce que nous avons été capables de faire ensemble, dans ce pays, jusqu'en 1962.

Signature illisible, SAÏD SUIVIE de : Enfant du bled né en 1959, Professeur d'enseignement secondaire.

Hier, je disais à cet organisateur de l'expo (âgé de près de 80 ans ) qu'il devrait envoyer ce texte à la presse.
En attendant , si vous le voulez bien, transmettez ces mots à toutes nos sœurs et nos frères Pieds-Noirs et même aux
Français métropolitains qui eux, finiront peut-être par comprendre.

de notre ami René Jacquand. 

 

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Le 4e Régiment de Hussards juin 1940.

Publié le par francis.mauro

5 juin 1940

Des braves que nous ne devons pas oublier. FM

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Décès.

Publié le par francis.mauro

Notre ami André au mat des couleurs à Sidi Djémil. (1957)

    mat

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès de notre ami André Poupaert dans sa 77e année le samedi 18 janvier 2014.

Ses obsèques auront lieu en l’église Sainte Anne rue Brun Pain à TOURCOING le jeudi 23 janvier à 10h30.la cérémonie sera à « caractère militaire ».

André Poupaert fut un hussard exemplaire au 1er escadron en particulier à Sidi Djémil où il participa à toutes les opérations avec courage et abnégation. Un excellent compagnon attachant par sa gentillesse, toujours à l’écoute de ses camarades du premier peloton, il était présent le 04/ 11/ 1957.montrant son sang-froid et sa hargne au combat dans l’embuscade où deux de ses compagnons, Guy Vaillant et Paul Descamps perdirent la vie dans un engagement acharné contre une forte bande rebelle, secteur de Guelma douar TALHA mechta Bou Maza Oued Frarah.

Dans la vie civile, il restera avec le même esprit de dévouement pour les anciens d’AFN. Cela l’amena à devenir président de la FNACA de TOURCOING.

Que notre cher ami André repose en paix.

PS: des images .

futur Mariage 

les futurs mariés pendant une permission.

portrait

Notre ami André Poupaert.

Les images ne sont pas très bien conservées, nos excuses. Le webmaster. FM

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Hélie de Saint Marc.

Publié le par francis.mauro

helie de saint marc

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Anecdote et la fraternité !

Publié le par francis.mauro

Anecdote sur la fraternité.

Il y a 58 ans, le 16 janvier, j’étais incorporé au 7ième cuirassier à Noyon pour faire mes classes. Une classe de jeunes appelés arrivait en même temps que moi l’engagé volontaire. Parmi les jeunes appelés un d’eux me laissera un souvenir inoubliable.

Il se nommait Alcide B, un grand costaud qui de toutes évidences ne laissait rien supposé d’autre qu’il fut paysan. Sa marche lourde de celui qui suivait ses chevaux, son calme tranquille et son regard inquiet de voir tant de monde et de bâtisses . Il avait l’air pataud d’un ours ne sachant pas bien où et comment se diriger dans cette immense caserne. Nous étions tous convoqués à l’infirmerie pour la traditionnelle piqûre d’incorporation. Après celle-ci, nous devions regager nos chambres dans nos escadrons.

Arrivé devant mon escadron, je m’assis sur les marches pour deviser avec mes nouveaux amis. Je vis arriver mon fameux Alcide qui me regard et leva le doigt comme il avait dû le faire à la maternelle. Il me dit :

            Monsieur où est ma chambre s’il vous plaît ?

Je lui dis :

            De quel escadron es-tu ?

Il me répondit :

            Je ne sais pas, j’ai oublié le numéro !

Je m’approchais de lui et remarquais qu’il tremblait de tout son corps prêt à pleurer. Il me fit pitié et je lui demandais :

            Tu ne sais pas lire ?

            Non, je ne suis jamais arrivé à apprendre à l’école !

Alors, je lui pris sa fiche d’incorporation pour voir son escadron. Une chance, il était de notre escadron. Après un long voyage dans les couloirs et les chambres où je demandais si Alcide fût de leur chambrée. Après plus d’une demi-heure à cavaler dans les étages, je lui indiquais enfin sa chambre. Il voulut m’embrasser pour me remercier comme un enfant. Cela me bouleversa. je lui donnai une bonne poignée de main lui indiquant mon nom et lui disant :

            Si tu as des problèmes, tu viens me voir.

Je revis plusieurs fois Alcide qui venait me demander des informations sur différents sujets. j’avais remarqué que beaucoup de ses compagnons de chambrée se moquaient de lui.

Puis les classes terminées ce fut le 4e RH en Algérie. Et Alcide se retrouva dans mon escadron, mais dans un autre peloton.

Une nuit en poste à Sidi Djémil où j’étais chef de poste de la garde de nuit, quelle ne fut pas ma surprise de constater que le brave Alcide monta la garde de minuit à quatre heures du matin alors que les tours de garde duraient deux heures par homme. Je demandais à ses compagnons, pourquoi Alcide avait fait deux tours de garde consécutifs ? il me fut répondu : « Que ce n’était pas grave, il ne savait pas l’heure » !  un autre me dit que c’était l’habitude.

Je signalais le fait au chef de peloton qui sanctionna lourdement les contrevenants. Le pauvre Alcide eut quand même la quille avec tout le monde. Je me demande ce qu’il dût raconter à ses parents une fois de retour à la ferme.

En opération qui portait les plus lourdes charges, FM et musettes de cartouches, poste de radio SCR 300, rations collectives, toujours notre pauvre Alcide qui ne disait rien et ne se plaignait jamais.

Il y avait des gars pas très dégourdis en cette époque où la majorité était à 21 ans et la France avait encore beaucoup de travailleurs de champs qui n’avaient pas eu une scolarité adéquate.

Cela n’empêchait pas de voir des gens heureux vivant proche de la nature en quassie autarcie se souciant peu de ce qui se passait dans le monde.  

Brave Alcide qu’es-tu devenu depuis 58 ans ?

Le Webmaster FM

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Gueriel Hugues recherche des copains.

Publié le par francis.mauro

ecusson-1956.jpg

contact
Gueriel Hugues
M-D-L,j'etais à m'raou au blok Est 2 ieme peloton sous les ordres du S/L Parisot j'ai suivi le stage commando à philipeville avec le capitaine de-lamotte.je suis resté au poste jusqu'à sa destruction je recherche contact avec Minuzzo Renaud Mazel Beaussier et autres

pour plus de détails contactez le Webmaster

mauro.francis@neuf.fr

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

l'affaire humiliante pour les anciens d'AFN.

Publié le par francis.mauro

Monsieur le Colonel Georges BRIGNONE

Président D’honneur de l'Amicale du

4ème HUSSARDS

75013 PARIS

                                                                                              Monsieur Pierre BOUCHONNEAU

                                                                                              Président Nationale de l'Amicale du

                                                                                              4ème HUSSARDS

                                                                                              85000  LA ROCHE/YON

                       

                                  

                                                                                   PARIS le 26 Novembre 2013

 

 

Objet : Affiche '' Soldat de France, voici d’où vous venez.... ''

 

 

 

Monsieur le Président, cher ami.

 

            Je voudrais très succinctement faire le point sur cette affaire afin d’éclairer nos camarades

du 4ème HUSSARDS, et vous informer où elle est ce jour.

            Vers le 30 octobre, René SCHAEFFER  m'alerte sur la'' découverte'' de cette affiche apposée

sur les murs du bureau de Recrutement de PAU, et m'informe des réactions de Jacques TORRES,

qui interpelle par lettre le MINISTRE de la DEFENSE, le MINISTRE des ANCIENS COMBATTANTS, et invite diverses Associations et Amicales à réagir .

 

            Plutôt que d'alerter les ''Politiques'' précités, dont j'ai souvent mesuré les silences !!, je

décide de contacter le S.I.R.P.A ( Service d'Information et Relations Publiques des ARMEES

TERRE), pour obtenir des informations. (1) Le 15 novembre, je peux avoir au téléphone le

Colonel Bruno LOUISFERT, patron de l'ANTENNE TERRE du SIRPA , depuis 6 mois.( cette

affiche a été visible depuis 2011.....)

            Il se renseigne, puis m'indique le 20 novembre que c'est bien le SIRPA qui est l'auteur

de cette affiche !..

Il m'informe alors qu’après avoir rendu compte de mon intervention,le CEMAT (Chef d’État

Major de l'Armée de Terre) à décidé ,

-        d'ordonner le RETRAIT immédiat de cette affiche, de tous les centres de Recrutement de

FRANCE et de Navarre, !

-        Et signale qu'un courrier  personnel sera adressé a toute personne ou Association qui

            qui sont intervenues a à ce sujet explicitant les raisons de cette occultation (sic) (2)

 

Entre temps, j'ai alerté divers hebdomadaires ( la puissance de la Presse est incommensurable ?

de différentes sensibilités politique,en particulier ;  Le Figaro( Yves Trehard ) l'Express,

le POINT, FRANCE T V 5 ( CALVI ).

 

Seuls ont réagis, de parfaite façon :

 

      -     Le 20 novembre, Romain ROSSO, de l'Express, lequel après enquête au CABINET du                    Ministre, la fait paraître sur un article en ligne sur son site :

-        romain.rosso@gmail.com

-        Le 25 novembre, Jean GUISNEL, chargé des problèmes Défense au POINT,

qui n’était pas au courant de la polémique AFFICHE, et qui me précise qu'un article en  ligne sur son site suivra.

 

            J'ai également contacté l'Association de soutien à l'Armée Française (ASAF), ou le

Général Henri LEGRY, Président, m’a réservé un excellent accueil et que je rencontre ce

vendredi 29 novembre .

            Aujourd'hui, que devons nous faire ? Surtout, attendre sereinement et calmement les

décisions des responsables de cette institution Militaire que je vénère, et qui savent le lourd

tribu payé par les OFFICIERS-  S/OFFICIERS- Homme du rang ENGAGES et APPELES -

RAPPELES -Français de Souche et Français de Souche NORD AFRICAINE ( SPAHIS -

TIRAILLEURS -CHASSEURS d' AFRIQUE – SAHARIENS et HARKIS etc..) des 3 Armées,

TERRE -AIR – MER , dont 27000 sont morts pour la FRANCE ( dont 15000 morts au combat)

durant cette GUERRE d’ALGERIE de 1954 à 1963 (TUNISIE-MAROC- ALGERIE),laquelle

encore aujourd'hui continue de subir insultes, mensonges et attaques de certains médias ( TV-

Cinéma- Quotidiens et Hebdomadaires – Débats etc....)

 

            Je voudrais rappeler que notre ARMEE, depuis toujours à été engagée dans divers

conflits ordonnés par les seules DECISIONS GOUVERNEMENTALES !

            Je ne ferai aucun commentaire sur les raisons et arguments avancés par le SIRPA,

lorsque j'ai demandé ''  POURQUOI ''  cette omission ?

            Ces arguments ont été textuellement rapportés par Romain ROSSO dans son Email....

           

            Cette polémique enfle, à juste titre ! Pour ce qui me concerne, je souhaite que cette

( erreur – faute ? ) volontaire ou pas, soit rectifiée par voie officielle, évidemment regrettée

et cette affiche éventuellement modifiée.

 

             Je vous autorise à publier cette lettre sur votre journal si vous le jugez utile,dans ce

cas, faites la taper,étant allergique à l'ordinateur !....

 

            Bien cordialement à vous

 

                                                                                  BRIGNONE

 

 

 

 

 

   ( 1 )  Je connais parfaitement ce grand Service, pour y avoir servi de 1975 à 1980

   ( 2 )  Il va avoir du travail !....

 

Un clic ci-dessous SVP

 http://www.youtube.com/embed/shBxm5x6QTs

 

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

L'appelé en Algérie.

Publié le par francis.mauro

L’appelé en Algérie.

Cette fois tu étais arrivé dans ce pays tellement redouté et te voilà seul ce soir dans ton lit sous ta moustiquaire pour cette première nuit. Dans ta tête bouillonnent  une multitude d’images. Tu as envie de chialer, est-ce la bière que tu as trop bue, ou alors la tristesse qui t’envahit par cette solitude lointaine de ta chère France, ton village tous tes amis ?

Tu t’endors avec ce mal-être qui ne quittera plus jusqu’à la quille.

Le lendemain, te voici de nouveau sur pied, que la nuit a été courte, tu te sens las et à envie de rien. Quelles drôles de tête ont les gradés, déjà tu n’aimes pas leur allure, ils semblent si sûrs d’eux. Tu as hâte de les voir dans un accrochage pour observer leurs actes.

Maintenant te voilà au jus du matin, du pain rassis, de la confiture de marrons,ou des sardines. Tout ce que tu n’aimes pas, et le café tiède du vrai jus de chaussette sans goût ni couleur. Tes copains ne semblent pas plus joyeux que toi, mais font semblant que tout aille bien.

Le rassemblement te voici au garde-à-vous sous un soleil déjà harassant dans ton treillis bien trop grand et tes rangers qui te serrent les pieds, ta cartouchière qui te rentre dans la peau, ton sac à dos chargé te blesse les épaules, et ce fusil que tes mains cramponnent en dégoulinant de sueur, putain que c’est lourd ce bordel et il va te falloir crapahuter avec tout ça ?

Tu n’écoutes pas ce que dit le capitaine, tu es encore là-bas dans ton village, tu vois le sourire de ta belle, tu repenses à ton départ et tu revois son image. Tu as comme une boule dans la gorge qui t’oppresse, avec un goût amer dans la bouche.

Encore une fois tu as envie de chialer, bon sang que fais-tu ici ? puis tout le monde embarque dans le GMC. Maintenant, tu réalises que tu entres en guerre et qu’il va te falloir mettre de côté tes pensées. Tu es un soldat appelé pour défendre une province française.

Heureusement, tu n’es pas seul et la camaraderie viendra vite effacer ton mal-être de tes débuts en Algérie au service du maintien de l’ordre.

Au diable tes états d’âme !  

Francis Mauro votre webmaster

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>