Un drôle de bonhomme !

Publié le par francis.mauro

Majide ce drôle de bonhomme

Majide ce drôle de bonhomme

~~Un sacré bonhomme.

Il avait pour nom Majide âgé de 39 ce jour là dans les djébels où il fut fait prisonnier par une patrouille du 4ième Hussards, il avait fait la guerre 39/45 avec l’armée d’Afrique en Italie au Mont Casino.

Pour lui être prisonnier ce n’était qu’une formalité parmi tant d’autres. Il en avait vu d’autres dans sa chienne de vie. Enfant de Mondovi, il avait fait des études comme un rare élève particulièrement intelligent ; puis il avait suivi à Bône une étude plus poussée pour obtenir une solide connaissance dans diverses matières. En même temps il avait acquis en parallèle une formation en langue arabe.

Bref, il métrisait le français et l’arabe à la perfection de quoi faire de lui un homme bon à tout faire. Rapide dans sa façon de voir et d’apprécier son entourage et saisir toutes les opportunités. Après divers occupations comme chauffeur de taxis et de bus, de maître de chais, comédien.

Comme on dit il avait bien « bourlingué »

Hélas, il avait le petit défaut de boire plus que de coutume, ce qui lui faisait perdre certaines places où pourtant il excellait Néanmoins, il arriva sans trop d’encombre à survenir à ce jour où le FLN l’enrôla dans ses rangs où il ferait un bon combattant vu son expérience.

Bien sûr il ne fut pas dur à convaincre sachant que leur combat pour libérer le pays était dans sa façon de penser, lui qui avait tant vu d’inégalités de par ses voyages.

Ce jour là il avait participé à organiser une embuscade pour faire du dégât dans les rangs de l’armée française. Mal lui en prit, ses compagnons n’étaient pas à la hauteur et battirent bien vite en retraite devant le feu des forces françaises. Peut importe il allait profiter de sa capture pour luter à sa façon. Comme une taupe il allait berner tout le monde avec se qualité d’excellent comédien.

Bien vite il arriva à « endormir » en premier le capitaine qui croyait dur comme fer ces contes de sa guerre en Italie.

Puis il lui fut facile de devenir l’ami de tous les troupiers avec ses singeries et mimiques qui faisaient rire toute la troupe. Si bien qu’il reçu arme et équipement comme un bon bidasse à la chasse du FLN.

Le capitaine l’utilisait comme interprète et parfois comme bourreau n’hésitant pas à lui faire torturer ses coreligionnaires.

Mais ce que tout le monde du côté des forces française ignorait ce fut que brave Majide alors il allait en ville, ne manquait pas de contacter ses anciens ami du FLN dont il avait gardé les adresses. Il feignait d’être ivre quand il rentrait de ses visites des cafés à Mondovi alors qu’il n’avait bu que du thé en discutant et donnant tous les renseignements sur ce qu’il savait sur nos troupes et les installations de nos postes.

De plus il contactait par téléphone les dirigeants du FLN dans toute l’Algérie grâce à sa mémoire il connaissait plus de 100 numéros. Il était un agent précieux fournissant tout ce que le FLN avait besoin pour tendre des embuscades meurtrières aux cheminements précis suivis par les troupes françaises.

Des officiers et hommes de troupes payaient de leur vie les renseignements de cette taupe qui avait un sens de la psychologie aigüe bernant tout son entourage.

A l’indépendance personne n’aurait donné cher de sa peau du côté des troupes françaises. Mais il en fut tout autrement d’après ce que nous avons appris en 2015. Il fut reconnu comme un grand combattant du FLN et les honneurs lui fur données avec à la clé un emploie et un logement de choix « garde barrière » à Mondovi. Il ne lui resta plus qu’à écouler une vie heureuse avec femme et enfants comme un bon citoyen de la nouvelle Algérie.

Ce Majide avait simplement « roulé dans la farine » tout le monde et principalement l’armée française et nous tous les gars du 4ième Hussards…

le webmaster FM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :