Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog des amis du 4RH

Blog des amis du 4RH

Blog d'un ancien sous officier d'active du 4e RH de 1956 à fin 1959. ce blog est un blog qui cherche à regrouper les anciens de ce régiment de la guerre d'Algérie à ceux à nos jours jusqu'en 2011. bienvenue à tous!

Publié le par francis.mauro
Indignation !

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
Il faut le savoir !

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
vœux du président Pierre Bouchonneau.
vœux du président Pierre Bouchonneau.
vœux du président Pierre Bouchonneau.
vœux du président Pierre Bouchonneau.

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

Pauvre terre.

Oui ! pauvre terre ! à présent grâce à la technologie spatiale ; nous voyons du ciel à 400 km de celle-ci, sa plénitude toute ronde.

Une planète illuminée de millions de lumières définissant ses villes et grandes agglomérations, ses industries . Nous voyons comme des blessures sur elle qui semblent la vider de son contenu.

Ne soyons pas dupe, ce n’est pas cela le progrès, mais sa mort assurée par les mains de l’homme qui pour lui s’épanouir n’hésite pas à lui prendre sa substance comme des parasites sur un corps plein de vie.

Ne nous étonnons pas si de nos jours nous assistons à ce dérèglement climatique mondial. Cela est inévitable tant que nous pomperons les richesses minérales de notre terre pour les brûler et les dilapider sans aucune précaution. La terre n’est peuplée que par des humains qui n’en non que le nom. Mais en réalité nous sommes les pires animaux qu’elle porte sur elle.FM le 23/01/2017.

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
16 janvier 1956. Cette date me rappelle un grand souvenir : mon incorporation à Noyon (60) au 7e régiment de cuirassiers, j’avais 18 ans et huit mois et toutes mes illusions de jeunes prêts à défendre une province française. Nous sortions à peine de l’occupation allemande avec la perte de l’Indochine en prime. La France n’allait pas trop bien en cette période. Il faisait un grand froid avec un hiver mémorable en ce janvier 1956 où nous faisions nos classes et nos pelotons. Ce fut un moment difficile pour beaucoup d’entre nous. Je fis la connaissance de bons et vrais amis, qui, hélas, ne sont plus aujourd’hui, je pense spécialement à notre ami Gérard Levecq (qu’il repose en paix) qui fit son peloton de sous-officier avec moi. L’atmosphère au sein de ce régiment rebaptisé en centre d’instruction était assez disciplinaire. Il ne fallait pas prendre à la légère notre instruction, car notre vie et celle de nos copains allait en dépendre. Nous avons reçu ici une solide formation qui allait pour certain leur sauver la vie. Autrefois, nous les jeunes de cette époque avions une autre idée de notre beau pays. La France. Nous étions prêts à tout ! Je crois que la situation serait bien différente aujourd’hui. FM le 16 janvier 2017.

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
En faisant un peu de tri je viens de retrouver une photo de classe de 1953 c'était hier,2 eme rang en partant du haut 2 eme en partant de la gauche un écolier avec la blouse noire et des cheveux également noirs c'est moi !!! René Jacquand ,toujours sur la mème ligne le 6 eme à droite après moi mon frère jumeau Henri Jacquand blond lui avec également une blouse noire .Puis en partant du bas 2ème rang 10eme en partant toujours de la gauche un 3 ème Jacquand Roger de 2 ans notre cadet lui aussi vetu de noir.Nous n'avions pas de jeans ni de tennis Nake d'ailleurs au premier rang à gauche on aperçoit 2 enfants en sabots de bois c'était aussi l'époque des galoches à semelles de bois je pense que nos parents nous avaient équipés de ces fameuses galoches.  Dernier rang cette fois en partant de la droite le 2 eme enfant la photo est floue il s'appelait Louis Velien et a été tué en Algerie en 1958 pres de Villars un village près de Souk Arras(une terrible coîncidence).  Peut etre que la publication de ce document permettra a des témoins de cette époque d'intervenir du moins ceux qui sont toujours en vie

En faisant un peu de tri je viens de retrouver une photo de classe de 1953 c'était hier,2 eme rang en partant du haut 2 eme en partant de la gauche un écolier avec la blouse noire et des cheveux également noirs c'est moi !!! René Jacquand ,toujours sur la mème ligne le 6 eme à droite après moi mon frère jumeau Henri Jacquand blond lui avec également une blouse noire .Puis en partant du bas 2ème rang 10eme en partant toujours de la gauche un 3 ème Jacquand Roger de 2 ans notre cadet lui aussi vetu de noir.Nous n'avions pas de jeans ni de tennis Nake d'ailleurs au premier rang à gauche on aperçoit 2 enfants en sabots de bois c'était aussi l'époque des galoches à semelles de bois je pense que nos parents nous avaient équipés de ces fameuses galoches. Dernier rang cette fois en partant de la droite le 2 eme enfant la photo est floue il s'appelait Louis Velien et a été tué en Algerie en 1958 pres de Villars un village près de Souk Arras(une terrible coîncidence). Peut etre que la publication de ce document permettra a des témoins de cette époque d'intervenir du moins ceux qui sont toujours en vie

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
Chers amis (es) qui regardent ce modeste blog principalement les anciens du 4e RH votre webmaster vous souhaite un plein GMC de bonheurs pour l'année 2017. saxe conflans, bannière au vent

Chers amis (es) qui regardent ce modeste blog principalement les anciens du 4e RH votre webmaster vous souhaite un plein GMC de bonheurs pour l'année 2017. saxe conflans, bannière au vent

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

Chronique

L’Islam contre l’Islam

La dimension religieuse des conflits qui embrasent le Moyen-Orient est la principale raison pour laquelle ils sont si difficiles à désamorcer. Les troubles actuels reflètent un conflit, à la fois théologique et politique, entre des visions du monde.

 

Une grande partie du monde musulman est aujourd’hui dans la tourmente. En Syrie, une guerre brutale a déjà fait plus de 250.000 morts, déplacé la moitié de ses 21 millions d’habitants et obligé un million de réfugiés à trouver refuge en Europe. Au Yémen, les rebelles Houthis se sont soulevés contre le gouvernement et sont aujourd’hui soumis à des frappes aériennes dirigées par l’Arabie saoudite. Ces conflits sont dus à divers facteurs, le principal étant l’antagonisme entre les deux branches majoritaires de l’islam, le chiisme et le sunnisme, et entre les fondamentalistes et les réformateurs.

Le régime alaouite du président syrien Bachar el-Assad est soutenu par les puissances chiites, en particulier l’Iran, dont l’influence régionale dépend du maintien au pouvoir d’un régime chiite dans ce pays. Et c’est précisément la raison pour laquelle les puissances sunnites, et surtout l’Arabie saoudite, souhaitent la chute du régime syrien. Le gouvernement du Yémen est par contre dirigés par des sunnites et bénéficie donc du soutien des Saoudiens, ce qui explique les frappes aériennes contre les chiites Houthis soutenus par les Iraniens. C’est sans surprise que les tensions se sont récemment intensifiées entre l’Iran et l’Arabie saoudite, et qu’elles ont atteint un point culminant avec la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays après l’exécution d’un religieux chiite par les autorités saoudiennes.

Le chaos engendré par ces conflits – et par l’instabilité dans d’autres pays, notamment l’Afghanistan et l’Irak – ont permis l’émergence de groupes réellement abjects, à commencer par l’État islamique. Son influence est devenue telle que des généraux américains ont demandé au président Barack Obama d’autoriser l’envoi de troupes supplémentaires pour le combattre. Il est également envisagé que les États-Unis retardent le départ des troupes stationnées en Afghanistan, où la guerre de plus en plus brutale menée par les Talibans leur a permis de gagner du terrain et a ouvert un espace dans lequel s’est engouffré l’État islamique. Celui-ci a également pénétré au Pakistan.

La dimension religieuse des conflits qui embrasent le Moyen-Orient est la principale raison pour laquelle ils sont si difficiles à désamorcer. Le schisme entre chiites et sunnites remonte à l’an 632, lorsque le Prophète Muhammad est mort sans désigner de successeur, ni indiquer comment la communauté islamique en plein essor était censée le choisir. Ceux qui devinrent les chiites estimaient qu’il devait être issu de la famille immédiate du prophète et soutinrent Ali ibn Abi Talib, son cousin et gendre. Le choix des anciens de la communauté, à l’origine du courant sunnite, se porta sur Abou Bakr, un proche conseiller du Prophète.

Aujourd’hui, la grande majorité des 1,6 milliards de musulmans est sunnite. Leur répartition géographique est très vaste et s’étend du Maroc à l’Indonésie. Et après des décennies de migrations, l’Europe et l’Amérique du Nord comptent également des communautés sunnites importantes.

Les chiites sont 225 millions et sont géographiquement beaucoup plus concentrés. L’Iran, avec 83 millions, est le principal pays chiite au monde, suivi du Pakistan, avec 30 millions et de l’Inde, 25 millions. Le « croissant chiite », qui comprend l’Iran et ses pays voisins immédiats, Afghanistan, Azerbaïdjan, Irak, Pakistan et Turquie, représente 70 pour cent de tous les Chiites.

Cette distribution géographique est le résultat d’une série d’événements historiques, la combinaison de conquêtes et de conversions (souvent forcées). Si l’islam est arrivé en Iran par la voie de conquêtes entre 637 et 651, il fallu près d’un millénaire pour que le chiisme devienne la religion officielle, avec la conversion forcée des sunnites entreprise en 1501 par Ismail 1er de la dynastie des Safavides.
Le chiisme a ensuite gagné l’Asie du Sud dans le sillage des incursions militaires répétées des souverains perses en Afghanistan et en Inde. Aujourd’hui, les populations chiites de la région sont concentrées dans les zones urbaines et sont souvent les descendants des soldats et des fonctionnaires d’État restés sur place après les conquêtes.

L’islam sunnite a par contre été diffusé en Asie du Sud par de saints hommes soufis, pour la plupart originaires d’Asie centrale et qui défendaient une version plus tolérante et inclusive de l’islam que celle adoptée par la péninsule arabe. Mais l’influence grandissante de l’Arabie saoudite à partir des années 1970, grâce à la hausse vertigineuse du cours du pétrole qui a rempli les coffres du pays, a contribué à répandre le mouvement wahhabite prédominant dans le royaume, une version austère et puritaine du sunnisme.

En sus d’attirer des millions de travailleurs musulmans en provenance de l’Asie du Sud, l’Arabie saoudite a financé des madrassas (écoles coraniques) wahhabites le long de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan. Les Talibans (étudiants en arabe) d’Afghanistan et du Pakistan sont le produit de ces séminaires, tout comme les membres des milices Lashkar-e-Taiba et Lashkar-e-Jhangvi, auteurs d’attentats contre des sites religieux en Inde.

Les troubles actuels reflètent un conflit, à la fois théologique et politique, entre des visions du monde. Les sunnites conservateurs, qui adhérent au wahhabisme fondamentaliste, privilégient un pouvoir théocratique autoritaire, tandis que les sunnites soufis plus modérés préfèrent des systèmes politiques plus progressistes et inclusifs. Le même constat est valable pour les chiites. L’Iran, qui a longtemps été gouverné par un régime théocratique, semble aujourd’hui pencher dans le sens de réformes. Que ce clivage sectaire puisse ou non être comblé dépend de la capacité des réformateurs à gagner une influence suffisante, dans les deux versions de l’islam. A défaut de quoi les conflits continueront de faire rage, accélérant l’effondrement de l’ordre régional auquel nous assistons aujourd’hui.

je ne vois pas ce que nous faisons dans cette guerre qui ne nous concerne pas. FM

 

 

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
Que 2017 soit acceptable et nous apporte ce que nous en attendons. J’ai retrouvé une photo prise en 1959 à BÖNE, ce magasin existe peut-être encore, mais à cette époque nous achetions, nos souvenirs d’Algérie

Que 2017 soit acceptable et nous apporte ce que nous en attendons. J’ai retrouvé une photo prise en 1959 à BÖNE, ce magasin existe peut-être encore, mais à cette époque nous achetions, nos souvenirs d’Algérie

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

Éditorial de fin d’année.

Parfois il faut chercher à comprendre l’incompréhensible, cela est bien difficile pour le commun des mortels si nous regardons bien ce que nous voyons de nos jours.

Nous voyons une partie de la jeunesse de nos banlieues à majorité du Maghreb s’activer dans diverses activités qui ne sont pas toujours en accord avec ce que nous devrions attendre d’eux. Il faut admettre qu’ils ne sont pas tous fautifs pour autant, il faut chercher ailleurs ce mal-être qui les pousse à perpétrer des actes incompréhensibles. Il est évident qu’il ne faut pas leur porter caution pour cela.

Mais sommes-nous assez proches d’eux en leur donnant ce qu’ils attendent de nous ? en premier du travail, du respect, de la reconnaissance comme de vrais français ?

  1. ce moment de Noël,il faudrait essayer de mieux comprendre et de faire un effort de conciliation, mettant au loin les histoires de religion et de faciès. Pour recevoir il faut savoir donner. Il faut aussi regarder les personnes pour ce qu’ils sont et non mettre tout le monde dans le même panier. Par expérience, je peux vous affirmer qu’il y a des personnes du Maghreb qui sont de ce qu’il y de mieux. Mais bien souvent les bons payent pour les mauvais. FM.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog