Blog des amis du 4RH

Blog des amis du 4RH

Blog d'un ancien cardre du 4e RH de 1956 à fin 1959. ce blog est un blog qui cherche à regrouper les anciens de ce régiment de la guerre d'Algérie à ceux à nos jours jusqu'en 2011. bienvenue à tous!

Publié le par Francis Mauro

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

Des petits malins ont piraté mon adresse e-mail, ne repondez pas à des demandes provenant de textes incohérants. demandes d'aides ect... 
francismauro3@gmail.com cette adresse n'est pas valable.

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
Schaeffer, René, Chef de char au 4e RH, toujours présent pour porter une belle ,image de la France, merci René pour ton courage et ta détermination d'un vieux soldat. Bravo.

Schaeffer, René, Chef de char au 4e RH, toujours présent pour porter une belle ,image de la France, merci René pour ton courage et ta détermination d'un vieux soldat. Bravo.

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
ici,une belle image de la jolie Bretagne, vous ne trouvez pas ?

ici,une belle image de la jolie Bretagne, vous ne trouvez pas ?

Voir les commentaires

Publié le par Francis Mauro

Chant militaire de la Légion Étrangère Française accompagné de photos de la Légion et des paroles.

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro
Sakiet destrucition des champs de mines.PH. JC Massez.

Sakiet destrucition des champs de mines.PH. JC Massez.

Battoum le départ des chars avec leurs équipages, Pour l'Est de la France . PH JCMassez. Certains vont se reconnaître ?

Battoum le départ des chars avec leurs équipages, Pour l'Est de la France . PH JCMassez. Certains vont se reconnaître ?

Rassemblement, le dernier.PH JC Massez.Battoum

Rassemblement, le dernier.PH JC Massez.Battoum

Dernier présentez-armes.Battoum

Dernier présentez-armes.Battoum

Rassemblement,.PH JC Massez. Battoum

Rassemblement,.PH JC Massez. Battoum

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

L'appelé en Algérie (Obsession)

Tu viens sur moi sans cesse,

Me harceler de tes caresses,

Parfois avec violence,

Parfois sans prudence,

 

Me rappeler ces jours passés

Où pour toi je me dépensais

De mes efforts surhumains

A te faire de beaux lendemains.

 

Sur ton sol en ébullition,

De moi, pauvre garçon,

Tu m’avais imprégné de toi,

A vingt ans, ça va de soi.

 

Jamais nous ne pourrons

De toi à l’unisson

Faire abstraction de tes charmes,

Même en versant nos larmes.

 

Dans nos pauvres cœurs meurtris

Pour le restant de notre vie,

C’était compter sans toi

Venant troubler nos émois.

 

Après tous ces ans

Ou une éternité durant,

Ô, toi, folle obsession,

Tu n’as rien de très bon !

FM extrait du livre "Le défouloir de la Rose"

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

Compte-rendu du séjour au MONT STE ODILE en Alsace du 10 au 14 juin 2014.

Compte-rendu de Merryl Pugh et Jean Pierre Mérici.

Pour des raisons indépendantes de ma volonté, je n'ai pu incorporer les images.

Mes excuses: le webmaster.FM

Notre rendez-vous annuel de l'Amicale du 4è Hussards s'est trouvé être exactement aux mêmes dates que l'année dernière en Corrèze. Lors de l'Assemblée Générale de 2013, nos amis alsaciens nous ont invités à nous rendre chez eux : et nous nous sommes retrouvés en Alsace au Mont Sainte Odile (de triste mémoire pour certains en raison de l'accident d'avion horrible qui y avait eu lieu) mais les sourires de bienvenue de l'équipe alsacienne, René Schaeffer en tête, nous a vite rendus heureux. Encore une fois, les embrassades, les poignées de main, les gros bisous, ont réchauffé les cœurs. Le bonheur régnait en maître, le soleil était encore au zénith, les uns et les autres se retrouvaient, s'exclamant sur les bonnes mines en disant « mais, tu n'as pas vieilli » - « toi, non plus “quel plaisir de se revoir!”. . La grande et belle demeure du Domaine St. Jacques, située dans lesbois de pins un peu en dessous du site de Sainte Odile, qui appartenait jadis à la famille Bugatti, était parfaite pour nous accueillir. Nous étions plus de 80 personnes, arrivant de tous les coins de France. Au fur et à mesure, nous nous installions dans nos chambres dont les fenêtres donnaient sur la forêt avoisinante. Le parc autour est immense, une grande piscine attendait les baigneurs, des jeux d'enfants installés étaient prêts pour les vacanciers. Nous avons pris place dans les fauteuils de jardin, sirotant un verre en attendant l'arrivée des retardataires. L'orage a éclaté nous empêchant de rester dehors : quel dommage. L'apéritif de bienvenue était servi dans la vaste salle-àmanger, décorée dans le style Art Déco. Nous étions tous admiratifs devant les objets d'art, les collections de belles porcelaines de Sarreguemines, des lampes aux motifs floraux. Les plafonds à caissons simples ou peints, les murs recouverts aussi de panneaux de bois, les armoires immenses en marqueterie étaient magnifiques, mais tellement grands que nous ne pouvions les imaginer dans nos propres maisons ! La salle-à-manger s'est vite remplie des membres du 4è Hussards. Quel bruit ! Les autres pensionnaires devaient se demander pourquoi nous nous trouvions là. Michel leur a donné une explication brève, mais poignante et a chanté la fameuse chanson sur l'Algérie aux paroles si émouvantes. Quelques larmes plus tard, nous nous sommes régalés avec le premier de nos repas gastronomiques. Après une bonne nuit réparatrice, nous nous retrouvions dans une grande salle pour l'Assemblée Générale, dont vous avez pu lire le compte-rendu plus haut. A la fin de celle-ci, nous étions conviés à boire l'apéritif dans la salle-à-manger. Malgré les régimes des uns et des autres, les « apéros » sont toujours appréciés et quelques boute-en-train nous ont égayés avec leurs histoires drôles. Ce jour-là, nous avons dégusté une choucroûte délicieuse. Tant pis pour le cholestérol...après déjeuner, ce fut le départ vers le tout petit village de RIQUEWILLER . Il fallait bien presque 2 heures de route et nous étions un peu en retard pour le début d'un spectacle magnifique au « Royal Palace ». Les membres de la troupe de danse étaient tous plus beaux, ou belles, les uns que les autres. Quelle vivacité ! Le French Can-Can a été exécuté d'une façon remarquable. L'orchestre était très bon – nous ne le voyions pas mais nous ne l'entendions que trop bien – les acrobates nous ont éblouis par leurs prouesses : ceux qui « grimpaient aux murs » étaient incroyables d'audacité, les magiciens nous ont bluffés, les trapézistes musclés étaient superbes mais malheureusement l'un d'eux s'est fait très mal et a dû s'arrêter. C'était vraiment un spectacle de cabaret de grande classe. Le soir du premier jour, nous étions tous un peu fatigués, mais le dîner nous a ragaillardis. Le chef avait pour instructions (je crois!) de nous faire goûter toutes sortes de spécialités alsaciennes. Je me souviens d'un plat tout simple de pommes de terres au Munster – genre tartiflette – un délice ! Et la tarte aux myrtilles était divine. Le jeudi matin il fallait se lever de très bonne heure car nous partions en Allemagne, dans la Forêt Noire. Il faisait très beau et les merles ont chanté très fort vers 6h du matin nous réveillant gentiment. Après il y a eu des bruits de tronçonnage dans les bois : beaucoup moins agréables ! Nous sommes partis dans les deux cars vers 8h30, passant par de très jolis villages dans la plaine. Les guides nous a appris maintes choses sur l'Alsace et son histoire, plusieurs fois tragique, mais qui a sans doute façonné le caractère des autochtones. Nous étions admiratifs devant la tenue impeccable des propriétés, des fermes, des belles maisons à colombage, des jardins, et les balcons fleuris abondamment de géraniums rouges. D'après un ami alsacien, l'utilisation de couleurs vives des volets et portes est devenue une mode depuis quelques années car auparavant ce n'était que du blanc sur les murs et les boiseries restaient sombres. Le voyage vers ce pays d'Allemagne s'est effectué tranquillement, à travers la Forêt Noire, et dans des vallées verdoyantes. Nous allions vers le lac Titisee, situé à plus de 1.000 m d'altitude. Nous avons fait une halte pour découvrir un magnifique magasin d'horloges – à coucou - où le fabricant a réalisé un petit chalet en bois avec plusieurs statuettes automatisées, qui sortent et qui rentrent à l'heure sonnante. C'est étonnant. Comme le bois est omniprésent et que les hivers sont longs, les fermiers ont appris à travailler le bois, façonnant toutes sortes d'outils, d'objets utiles et d'objets d'art. C'est une tradition très ancienne dans ces vallées et qui perdure. Tout le monde a pris des photos et des films que nous verrons sans doute l'année prochaine. Quelques anciens parmi nous ont bien connu cette région car ils y ont effectué leur service militaire avant d'être envoyés en Algérie. En arrivant au lac, nous avons déjeuné dans un immense restaurant, servis par des jeunes femmes très vives qui portaient les bières rapidement à tout ceux qui voulait y goûter, suivis par les plats du menu typique de la gastronomie allemande ; un délicieux potage aux champignons, des escalopes de veau aux champignons et se terminant par le fameux dessert, le vrai de vrai gâteau « la Forêt Noire » cuisiné par Madame la Patronne ellemême : absolument parfait de légerêté, dont le goût du chocolat (sans doute noir aussi) avec la crème fouettée était exquis. J'en avais des souvenirs gustatifs vieux de 40 années et je n'ai pas été déçue ! Le temps s'est gâté dans l'après-midi et juste au moment où nous nous dirigions vers le bateau promenade l'orage a éclaté, mais nous étions à l'abri, serrés les uns contre les autres. Décidément, nos sorties en bateaux pendant les séjours des Hussards, se font sous l'eau, pas seulement sur l'eau ! Nous avons apprécié malgré tout les paysages autour du lac. Peu de maisons près des rives, quelques embarcadères cachés dans les bois, une seule grande plage où nous avons aperçu quelques braves qui se baignaient, mais nous imaginions facilement qu'au beau temps ce lac doit être un endroit magnifique pour les vacanciers et curistes venus chercher l'air pur des montagnes environnantes. Le retour vers notre lieu de séjour a été tranquille. Nous avons eu le grand plaisir de nous arrêter dans HINDISHEIM, village où habitent des membres de l'Amicale. Adrien et Lydia nous ont ouvert leurs portes en grand et nous avons pu dégusté un très bon Gewurztraminer dans leur immense cour, admirant leur belle maison typiquement alsacienne. La soirée au centre de vacances a été marquée par un concert donné par une jeune chanteuse ravissante. Malheureusement, beaucoup de personnes étaient fatiguées par la grande journée et nous n'étions pas nombreux à l'applaudir. Nous avions espéré entendre des chansons françaises mais elle a chanté aussi des reprises de tubes en anglais que peu de personnes comprenaient. Ce fut très dommage pour elle. Et, nous voilà vendredi...déjà ! Que le temps a vite passé....le matin un car est parti plein de celles et ceux qui voulaient découvrir OBERNAI. L'autre car s'est rendu chez un vigneron. Nous étions une trentaine à visiter sa cave où étaient alignés de nombreux tonneaux de forme ovale. Il paraît qu'ils tenaient mieux comme cela dans la cave. Je pense ne pas être la seule à s'étonner d'une explication incroyable sur la façon de nettoyer l'intérieur des tonneaux. Une toute petite porte se trouve en bas : des plaques en fer décorées, ou en bois sculptées, sont placées à travers ces « portes ». Ils ont tous le robinet d'évacuation du vin au centre. Quand il faut nettoyer les intérieurs, ces plaques sont enlevées, les portes sont démontées et les ouvriers (ou patrons) se glissent petit-à-petit à travers ces trous minuscules en se tortillant comme des contorsionnistes. Ils peuvent ensuite se mettre debout, dans le noir, mais avec des lampes frontales pour s'éclairer. Nous avons pu regarder des photos ensuite du patron et ses filles qui entrent et qui sortent de ces tonneaux. Nous en sommes restés ébahis. Nous avons pu déguster leurs vins en écoutant les explications sur leur fabrication. C'était intéressant d'entendre que chaque vin est un vin « de cépage » et non un mélange de crus. Le seul qui est mélangé est le EDELSWICKER suivant une recette personnelle du vigneron. Après la visite nous avions un peu de temps pour faire quelques emplettes dans Obernai : quelle jolie ville ! Malgré les guerres et les bombardements, plusieurs maisons très anciennes sont encore debout, avec leurs façades superbes à colombages et les balcons fleuris partout. Notre dernier après-midi était consacré à la visite de STRASBOURG. Nous avions beaucoup marché pour arriver à la Cathédrale car les cars n'ont plus le droit de s'y approcher. Les élus tiennent à ce que la ville reste le moins polluée possible et ont beaucoup encouragé la construction de tramways et de pistes cyclables. C'est une ville où les jeunes sont très très nombreux, pédalant partout et il y en avait qui offraient leurs services comme « chauffeur » sur des engins rigolos où une ou deux personnes pouvaient s'installer et se faire conduire. Nos guides nous ont appris beaucoup de choses sur la ville historique et après la visite de la cathédrale nous avons pris un bateau pour visiter la « Petite France ». Pour cette sortie sur l'eau il ne pleuvait pas ! Nous avons admiré encore les belles vieilles maisons mais aussi les constructions neuves et très modernes, dont le Parlement. Nous étions contents de nous asseoir et de nous laisser filer sur l'eau tranquillement. En rentrant dans la salle-à-manger ce soir-là, le jeune animateur nous a invités à nous rendre après le dîner à un spectacle « transformiste ». Il nous disait que nous allions nous y amuser et bien rire. D'autres groupes étaient arrivés depuis peu et la salle a été bien remplie. La performance de ces jeunes amateurs était formidable : l'un deux se changeait plusieurs fois, toujours en femme, maquillée outrageusement et chantant en play-back des chansons bien connues de tout le monde. Nous avons, en effet, beaucoup ri. A la fin, le « transformiste » a enlevé sa perruque, ses faux cils, et bien d'autres choses, et nous avons retrouvé un visage déjà vu dans le Centre : nous étions épatés et ils ont été beaucoup applaudis. Que c'est triste les départs...samedi matin après le petit déjeuner, nous nous disions au revoir...les larmes ont coulé encore, les remerciements fusaient de toute part pour nos amis alsaciens. Les embrassades, les gros bisous, les invitations, les poignées de main, se mélangeaient dans un brouhaha indescriptible. Nous pouvions espérer se retrouver, tous intacts, l'année prochaine. Le séjour nous a donné envie de revenir dans ce beau pays d'Alsace, si différent des autres départements français. Nous ne pouvions que dire un grand MERCI à nos organisateurs et à leurs épouses qui sont toujours là pour aider et soutenir cet Amicale formidable : pourvu que ça dure !

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

Pour ne rien manquer de l'activité du blog abonnez-vous!

 

Rien de plus simple, sur la rubrique de doite sur la case "s'abonner" vous mettez votre adresse-e-mail. puis vous confirmez par retour de courrier.

 à chaque nouvelle publication vous recevrez celle-ci imédiatement.

votre Webmaster.FM

Voir les commentaires

Publié le par francis.mauro

 

Total depuis la création du blog. (2008)

 

100029 visiteurs uniques

 

495372 pages vues

(bientôt les 500 000 pages vues).

 

Merci aux visiteurs. FM

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog