Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les commandos chasse en AFN. ici le V22 du 23 RI.

Publié le par francis.mauro

Il fallait bien mettre des images de nos frères d'armes les commandos de chasse. ici le V22 où servit notre ami le ch'ti Oscar Vasse qui ne manque pas de commentaires sur notre blog où nous l'avons adopté.

 

v22

Commando chasse V22.

oascar

Oscar n'est pas loin.

numérisation0005 jpg alger (2)

A droite sur l'image Oscar regarde son chef, prêt à gicler !

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

Les tracts de L'ALN en 1961.(doc André Schutz)

Publié le par francis.mauro

légion

Celui-ci à l'intention de la légion.

tracts FLN

Ici pour les Algériens.

français

Pour les soldats français.

tracts français

Encore pour le contingent,

les tracts étaient nombreux pour détourner les jeunes.

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

Le 19 mars date officielle du cessez le feu.

Publié le par francis.mauro

 

Le Sénat a adopté la date du 19 mars le 8 novembre 2012

suffrages exprimés :                      335

majorité des suffrages exprimés   168

Pour                                               181

Contre                                             154

Cette journée, ni fériée, ni chômée est fixée au 19 mars, jour anniversaire du cessez le feu en Algérie.

(les débats et les polémiques sont ouverts)

 

 

19 mars

 

Le 14 décembre 2012

JORF n°0285 du 7 décembre 2012

Texte n°2

  

LOI

LOI n° 2012-1361 du 6 décembre 2012 relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc (1)

 

NOR: DEFX1236680L

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,

 

Vu la décision du Conseil constitutionnel n° 2012-657 DC en date du 29 novembre 2012 ;

 

Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : 

 

Article 1

 

La République française institue une journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. 

 

Article 2

 

Cette journée, ni fériée ni chômée, est fixée au 19 mars, jour anniversaire du cessez-le-feu en Algérie.

 

La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat. 

 

Fait à Paris, le 6 décembre 2012. 

 

François Hollande  

 

Par le Président de la République : 

 

Le Premier ministre, 

Jean-Marc Ayrault 

Le ministre de la défense, 

Jean-Yves Le Drian 

Le ministre délégué 

auprès du ministre de la défense, 

chargé des anciens combattants, 

Kader Arif 

 (1) Loi n° 2012-1361. ― Travaux préparatoires : Assemblée nationale (onzième législature) : Propositions de loi n°s 2286, 3064 et 3450 ; Rapport de Mme Marie-Hélène Aubert, au nom de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales, n° 3527 ; Discussion et adoption le 22 janvier 2002 (TA n° 762). Sénat : Proposition de loi, adoptée par l’Assemblée nationale, n° 188 (2001-2002) ; Rapport de M. Alain Néri, au nom de la commission des affaires sociales, n° 60 (2012-2013) ; Texte de la commission n° 61 (2012-2013) ; Discussion les 25 octobre et 8 novembre 2012 et adoption le 8 novembre 2012 (TA n° 23, 2012-2013). ― Conseil constitutionnel : Décision n° 2012-657 DC du 29 novembre 2012.

 

*

 

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

Gambetta 11 novembre 1961 (ph André Schutz)

Publié le par francis.mauro

NOE

Le colonel NOE pour les remises de décorations le 11 novembre 1961.

régiment 1

Revue des troupes.

régiment 3 

Pelotons de Hussards du 4e.

Schutz

Remise de médailles,

(remarquez un Hussard amputé du pied gauche qui se tient avec une béquille).

Gilbertz

les décorations pleuvent sur ce secteur particulièrement chaud.régiment 2

La cavalerie est présente!

 

lieutenant x

Belle image du mérite récompensé.

Nous attendons, vos commentaires chers amis visiteurs!

 

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

Images et textes du président Pierre Bouchonneau.

Publié le par francis.mauro

5 dec

L'homme et le cheval 

pierre 3

Vendredi 7 décembre 2012 10h59.

Mon cheval et moi.

Le début de notre histoire, et d'une grande complicité à OUED FRARAH
Après plus de 54 ans en regardant cette photo, son absence me pèse toujours.

je n'arrive pas à oublier les courses que j'ai faites parmi les oliviers, à l'effacer de ma mémoire . En avril 1959 j'ai été obliger de me séparer de ce cheval, car nous changions de secteur , je pense qu' il a du rejoindre le poste de GAMBETTA avec le chef Steffannelli , peut-être que quelqu'un s’en souvient , moi je suis parti a El Hamerie à la garenne regardant encore cette photo son absence me rend triste , je n'arrive pas a ressentir la complicité que j'ai partager avec lui, ce cheval qui a su me faire connaître le vrai bonheur d'un cavalier, alors je garde encore en moi tous ces souvenirs ,je m' en souviendrai toujours Pierrot Bouchonneau

 

pierre

Ici Pierre loin de savoir

qu'un jour il serait président de l'amicale du 4e RH.

pierre 2

Ici pensait-il déjà à sa Cherie, Bernadette?

 

 

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

place d'armes De Gambetta.

Publié le par francis.mauro

Diapo-084

Qui pourrait nous dire quels étaient les noms des deux écussons bordant celui du 4e RH ?

Merci de votre commentaire, bien à vous chers anciens Hussards.

(ph. Paul Lecocq).

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

Petit rappel du jour!

Publié le par francis.mauro

Bilan des pertes, en Algérie.

 

1954 à 1962 selon le site de nos amis

Les anciens combattants d’Algérie

 

PERTES FRANÇAISES

Tués au combat 22 319 Blessés 35 615, tués par accident 7 917, Blessés 29 370.

Décès par maladie 1 114 (soit 96 335 victimes)

 

DÉSERTEURS

Officiers 16, Sous-officier 317, Soldats  9 722 Parmi les déserteurs, une grande partie passa au FLN, ou à l'OAS

 

DISPARUS - PRISONNIERS

Officiers 12, Sous Officiers 91, Soldats  769.

 

PERTES CIVILES

Dont Harkis démobilisés et désarmés.

Tués par le FLN : Européens 4 788 dont 2 000 le 5 juillet 1962 à Oran Musulmans 166 500, Dont 150 000 après le 19/03/1962 Blessés par le FLN : Européens 7 541 Musulmans 13 610

Enlevés par le FLN : Européens 4 000 Musulmans 13 296.

 

PERTES FLN

Rebelles tués par les forces de l'ordre 143 600 Armes récupérés 99 000 Rebelles FLN tués au cours d'accrochage avec l'Armée Tunisienne 500 Rebelles FLN tués au cours d'accrochage avec l'Armée Marocaine 1 500 Rebelles tués au cours des purges du FLN 12 000,Disparus pendant la bataille d'Alger Selon la comptabilité de Paul Teitgen. 3 994.

 

BILAN OAS, de janvier 1961 à juin 1962.

Tués par l'OAS: Européens 239,Musulmans 1 562 Blessés par l'OAS :

Européens 1 062, Musulmans 4 050.

Attentats au Plastic :  Explosions 12 300.

Certains ouvrages avancent quelquefois le chiffre d’un million de morts musulmans, à l'actif de l'armée française, cela supposerait qu'elle ait tué, une moyenne de 357 personnes par jour du 1er novembre 1954 au 30 juin 1962.

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Le Douar Talah (vallée de la Sybouse) V.Suszwalak.

Publié le par francis.mauro

 

 

 

À propos du Talah

 

Il y a quelque temps, je vous ai rappelé  les mésaventures vécues par de nouveaux arrivants dans la vallée de la Seybouse, en titrant : Les bons, les méchants et la cavalerie.

Je terminai en proposant, si cela pouvait se faire, une inversion des rôles. Et puis, la « France » s’est échauffée  à propos du bras d’honneur de monsieur Longuet.

La soupape est redescendue maintenant. Sans que cela soit un scoop, voyons que l’animosité des gens du Talah envers l’armée française ne date pas de la présence du 4ème de hussards à Sidi-Djemil. Les textes sont aussi des extraits de la revue : La Seybouse ; que l’on retrouve sur internet via le site de monsieur Bartolini : Bône la coquette. Reproduction d’une étude faite par le capitaine Maitrot sur : Bône militaire aux numéros 54-55et 56 de la revue.

Un malheur est arrivé dans la subdivision de Bône qui m'oblige à tenter une vengeance éclatante.  Le caïd Mahmoud ben Hassen, du cercle de La Calte, homme distingué et des plus dévoués, était parti avec les instructions les plus sages et les plus prudentes pour collecter l'achour. M. le capitaine d'état-major Saget, chargé du service topographique, jeune sujet de grande espérance, avait profité de l'occasion pour faire la levée du pays ; l'escorte du caïd et du capitaine se composait d'une vingtaine de spahis. 

 Tout avait été au mieux jusque dans les Bénis Salah de la plaine ; le caïd avait été reçu partout avec respect et affection.  Les douars des cheicks Ez Zobéir et Oulad Oussif, des Béni Salah Oulad Ahmed les avaient aussi parfaitement accueillis et leur avaient donné une généreuse hospitalité.

Un cheick voisin, nommé Ahmed ben Chaïb, dont le douar était enfoncé entre les Béni Salah Oulad Mihoub et les Béni Salah de la montagne est venu inviter le caïd Mahmoud et le capitaine Saget à visiter aussi son douar, leur exprimant, qu'ils seraient déshonorés et obligés de quitter le pays s'ils leur faisaient l'affront de ne pas venir manger le couscoussou dans sa tente Le caïd et le capitaine eurent l'imprudence de céder aux perfides instances d'Ahmed ben Chaïb quoique les cheicks des Oulad Zobéir et des Oulad Oussif leur insinuassent qu'il y avait des risques à courir et que l'on ne pouvait guère compter sur la foi de Ben Chaïb Mais le capitaine Saget, qui déjà avait poussé la veille jusqu'aux ruines de Ksar el Achour, au coude de la Seybouse, entraîné par la passion du métier et par le désir de lever un pays inconnu, détermina le caïd à accepter l'invitation, ce qu'ils firent quoique les instructions sévères de M. de Mirbeck, commandant du cercle de La Galle, leur interdisant de pousser aussi loin.Une fois arrivés dans le douar, le caïd étant à se reposer dans sa tente et le capitaine Saget occupé à dessiner un point de vue, le cheick Chaïb a tiré un coup de pistolet à bout portant dans le flanc de ce malheureux officier. Un autre Arabe, Fretah Ould el Ferchy a, en même temps, tiré un autre coup de pistolet sur le caïd Mahmoud qui se reposait dans sa tente ; un autre spahi aussi a été tué ainsi que l'ordonnance du capitaine Saget ; huit spahis ont perdu leurs chevaux et leurs armes et ont été complètement dépouillés

 La mort prématurée du capitaine Saget est, non seulement un grand malheur, mais c'est aussi une bien grande perte pour l'armée et la science. A peine le crime commis, le cheick Chaïb et son douar ont abandonné le pays qu'ils occupaient pour se retirer à quelques lieues de là, dans une position inexpugnable(les Beni-Mezzeline) où je ferai pourtant en sorte d'aller les surprendre lorsque j'aurai pu réunir quelques troupes. J'ai envoyé chercher les corps du caïd et du capitaine Saget, les honneurs funèbres leur ont été rendus à Bône ".

Cet assassinat avait eu lieu le 21 octobre.

Le 22 décembre, le général sortit de Bône, puis, après avoir à Guelma fait sa jonction avec une colonne venue de Constantine, se dirigea de manière à tourner les Béni Salah. Pendant ce temps, le commandant de La Calle, le chef d'escadron de Mirbeck, partit de Dréan à la tête de 1.000 hommes et entra dans la plaine ; enfin, 300 hommes et les auxiliaires indigènes marchèrent sur les montagnes de Talha. La marche de ces colonnes ruina complètement le pays, les douars furent incendiés, les hommes massacrés, les femmes et les enfants enlevés, les troupeaux capturés, les silos vidés. La perte faite par les Béni Salah a été évaluée à 500.000 francs. Ahmed ben Chaïb réussit à s'échapper, le marabout Ali ben Djabahlah fut décapité, aussitôt pris, avec 60 de ses complices. Les têtes furent exposées sur le marché de Bône, le douar fut complètement anéanti. On retrouva, chez le marabout, les effets, les papiers et les instruments du capitaine Saget (5). 

Le 3 juillet, la forêt de l'Edough (7) qui avait été, on s'en souvient, la cause de la révocation du caïd Kermiche, fut remise à l'Etat. M. Renou, sous-inspecteur des forêts qui avait accompagné le général, se fit emmener par son cheval au retour et alla se briser la tête dans un ravin. Peu de temps après, le général passa chez les Beni Salah et exigea la livraison des assassins du capitaine Saget.

Dans la matinée du 25 août, la tête de Mohammed ben Gouem était exposée sur le marché et un crieur répétait d'heure en heure . La tête qui est sur le poteau est celle de Mohammed ben Gouem, l'un des assassins du capitaine Saget et du caïd Mahmoud. La justice de Dieu est accomplie, ses frères eux-mêmes en ont été les instruments : que ceux qui voudraient les imiter s'assurent que c'est bien la tête de Mohammed ben Gouem, et Dieu fera le reste.

 

Petit extrait du N° 68 sur la colonisation de l’Algérie.  Livre de Monsieur Enfantin

J'ai dit que les tribus kabyles insoumises de la zone maritime étaient, sinon plus à redouter, du moins plus difficiles à soumettre que les tribus .qui sont établies au sud de la ligne des colonies militaires. Elles sont à redouter à cause de leur voisinage; mais, je l'ai dit aussi, elles attaquent peu hors de chez elles ; elles n'aiment pas, il est vrai qu'on' aille les visiter avec des fusils. Ce voisinage pourra contribuer à rendre leur soumission plus prompte que celle des tribus du Sahara, si nous agissons de manière à rendre leur contact avec nous profitable pour elles et pour nous.(copie de notre ami Victor Suszwalak)

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0

Les bâtisseurs du 4e Régiment de hussards.

Publié le par francis.mauro

Les soldats bâtisseurs du 4e régiment de hussards. Nous voyons ici l’acharnement du chef de corps à avoir une place d’armes digne d’un régiment de cavalerie. A chaque nouvelle garnison c’était le même processus, il fallait aménager une superbe place d’armes. Ce qui fut fait comme le montrent les images de Bournazel, et Gambetta.(images de notre ami Paul Lecocq)

Il en était ainsi dans tous les régiments de cavalerie.

Prestige d’une armée forte ou, noblesse oblige ?

 

Diapo-2201

Bordj Bournazel avant.

P60502702

Bournazel après.

P60502873

Gambetta avant.

P6050270a4

Gambetta après.

Publié dans Images

Partager cet article

Repost0

Le poème du jour.

Publié le par francis.mauro

Un petit poème d’Érik

Nous étions tous de ce 4e de hussards

Et particulièrement de l’escadron Godard

Pitonnant dans le Djébel du douar Talah

Sidi Djémil étant le nom de cette mechta

 

Nous y connûmes une vie austère

Perdus, paumés, loin de toute civilisation

La camaraderie base de toute notre union

L’esprit d’entraide jamais sectaire

 

Nous assurons notre mission par tous les temps

Qu’il pleuve, vente, ou soleil ardant

Lentisques, chênes incendiés, sentiers pierreux

Embuscades, patrouilles, ratissages, c’est notre devoir

Le fell perfide nous causa quelques déboires

Les camarades tombés, vengés avec sérieux.

 

Erik Schmitz a écrit ce poème en hommage à ceux qui sont morts et ont crapahuté à Sidi Djémil.

 

Publié dans les écrits

Partager cet article

Repost0