A la guerre comme à la Guerre !

Publié le par francis.mauro

Anecdote de guerre.

A la guerre comme à la guerre ; bien que nous étions à l’époque en service de maintient de l’ordre.

Ce jour là par un beau matin comme il en existe en Algérie, notre escadron était sur une piste poussiéreuse. Devant nous un véritable billard de maigres végétations pas le moindre endroit ombragé, le soleil est déjà cuisant à 10 heures du matin

Les véhicules de transports venaient de déverser leur cargaison des pelotons portés, en vu d’effectuer un ratissage sur une zone importante.

L’arme au pied en ligne sur une centaine de mètres, nous attendions les ordres du PC pour commencer la progression.

A quelques mètres de moi la jeep de commandement avec le chef d’Escadron, son radio avec le poste SCR 300 sur le dos marche à ses côtés  ne le lâchant pas d’une semelle le suivant comme un petit toutou suivrait son maître.

Le chef d’escadron dont je tairai le nom, fais les cent pas nerveusement l’oreille collée au combiné du poste de radio.

Visiblement les ordres tardent à venir.
Soudain la chef d’escadron est prit d’une envie pressante qui ne peut plus attendre.

Alors là, devant tout le monde il dégrafe son pantalon et devant nos yeux exorbités il « pose culotte » sur le bord de la route sans aucune pudeur.

Le radio détourne la tête fortement embarrassé ainsi que moi qui suis très près entendant le bruit et sentant les odeurs.

Le chef d’escadron ayant terminé se relève et dit bien haut et fort :

-A la guerre comme à la guerre !

 

Ce fut un éclat de rire général dans les rangs. Parfois il y eu des scènes cocasses en Algérie.
Francis.

*********************************************************************************************************************
Commentaires du Capitaine M Laroche,
Cher Ami,
 cher Hussard,
Bonjour.
Je vous propose ce commentaire :
Votre anecdote sur le "poser culotte" est arrivée à 2 de mes camarades à Saumur où le courage, le talent ne saurait aller sans la droiture.
Bref, en manoeuvre, l'officier instructeur a lui aussi posé culotte, à coté de 2 élèves officiers, conducteur de la jeep et radio.
Il en est ainsi, parait-il, depuis la chevalerie du moyen âge : le chevalier "posait", en se baissant un peu, le bas de l'armure appuyé sur un arbre.
Bien amicalement.

Publié dans les écrits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :