Anecdote ! 1956.

Publié par francis.mauro

Anecdote : petit sujet sur le commandement en poste isolé dans le bled ; il arrivait souvent que de petits conflits apposent les hommes du rang avec leur chef hiérarchique en l’occurrence les sous-officiers avec leur groupe.

Ce jour de décembre 1956 où nous étions en plein poste isolé dans le douar Thala à Sidi Gouléa. L’ordre était de renforcer le réseau de barbelés autour du poste. Une équipe fut constituée pour cette tâche dont j’avais la responsabilité. Tout allait bien au début, puis un homme décida de ne plus travailler. Je lui donnais l’ordre d’imiter ses camarades et que la tâche bien que non plaisante était pour la sécurité de tout le monde. Il n’obtempéra pas alors quoi faire ? lui mettre un motif pour le punir ? non ! cela était trop long et nous n’avions pas de prison et cela ne faisait pas la pose des barbelés.  Alors la solution qui fut bien souvent appliquée fut celle d’en venir aux mains. Après une courte empoignade où il me mordit cruellement le pouce, nous roulâmes dans la poussière sous l’œil amusé de l’équipe. Finalement à bout de souffle le combat s’interrompit de lui-même. Le travail put rependre sous les applaudissements de l’équipe. Pour qui ces applaudissements ? pour lui où pour moi ? les deux certainement ! à midi au moment de la distribution du vin au tonneau dont j’étais chargé de remplir au passage les quarts des hommes ; je ne fis aucune différence dans le remplissage des quarts, si bien que mon « partenaire » de combat me fit un sourire amical m’indiquant que l’incident était clos, je lui répondis de même. Tout deux avions mesuré nos forces et notre respect. Cela était comme ça dans la majorité des rapports des hommes et de leurs chefs dans le bled en Algérie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :