Coup de chauffe.

Publié le par francis.mauro

Petit coup de chauffe.

Nous étions en 1958 en opération, au Sud de Sidi Djémil allant vers le Nord de Guelma. Le premier Escadron du 4e RH à pieds avait pour mission de fouiller une grand secteur avec pour axe de progression plein Sud direction Guelma. .

Il était environ 15 heures. Trois pelotons progressaient en ligne ratissant le moindre buisson et rocher. Une opération de routine pour la plupart des Hussards appelés du contingent. Les T6 tournoyaient au-dessus de nos têtes. La semaine prochaine nous serons au défilé à Bône pour le 14 juillet. Il faisait une chaleur accablante les hommes en avaient marre pour rester poli. Les intervalles n’étaient pas toujours respectés et les distance non plus, en dépit des recommandations des officiers , sous-officiers, et brigadiers. Cela n’allait pas bien aux yeux du capitaine qui soudain en arrivant sur un plateau fit stopper tout le monde. Il rassembla les officiers chefs de peloton. Et donna des ordres pour qu’un dispositif de sécurité fut mit aux quatre coins du plateau où nous nous trouvions.

Puis il dit : Rassemblement de l’escadron par trois!    Alors là ce fut une scène complétement atypique que nous allons assister en plein djébel et zone opérationnelle. Ce capitaine un ancien d’Indochine dont je tairais le nom, nous fit faire une heure d’ordre serrée en plein soleil avec maniement d’armes et marche au pas. Nous étions inquiets et imaginons le fou rire des fellaghas qui ne devaient pas manquer de nous observer à la jumelle Cela à l’époque nous avait frappé et je ne pouvais pas me priver de raconter cette anecdote vieille de 61 ans.FM       

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :