16 janvier 1956.

Publié le par francis.mauro

16 janvier 1956. Cette date me rappelle un grand souvenir : mon incorporation à Noyon (60) au 7e régiment de cuirassiers, j’avais 18 ans et huit mois et toutes mes illusions de jeunes prêts à défendre une province française. Nous sortions à peine de l’occupation allemande avec la perte de l’Indochine en prime. La France n’allait pas trop bien en cette période. Il faisait un grand froid avec un hiver mémorable en ce janvier 1956 où nous faisions nos classes et nos pelotons. Ce fut un moment difficile pour beaucoup d’entre nous. Je fis la connaissance de bons et vrais amis, qui, hélas, ne sont plus aujourd’hui, je pense spécialement à notre ami Gérard Levecq (qu’il repose en paix) qui fit son peloton de sous-officier avec moi. L’atmosphère au sein de ce régiment rebaptisé en centre d’instruction était assez disciplinaire. Il ne fallait pas prendre à la légère notre instruction, car notre vie et celle de nos copains allait en dépendre. Nous avons reçu ici une solide formation qui allait pour certain leur sauver la vie. Autrefois, nous les jeunes de cette époque avions une autre idée de notre beau pays. La France. Nous étions prêts à tout ! Je crois que la situation serait bien différente aujourd’hui. FM le 16 janvier 2017.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :