Destin pas comme les autres. vive la légion ! (A L)

Publié le par francis.mauro

Voici la biographie d'un homme que la Légion accueillait autrefois en son sein.

Voici une figure de la Légion étrangère très évocatrice de la diversité et de la richesse de notre institution Ziemski ZBIGNIEW Sergent au 1er BEP, ancien Capitaine Parachutiste Polonais 39/45 Ziemski ZBIGNIEW est né en 1915 à Sawoja en Pologne, son père est tué en 1916 sous l'uniforme Autrichien sur le front russe. Passe son bac en 1933 et décide de devenir officier. Sous-lieutenant de réserve et instructeur des Sports, il a pour élève Karol WOJTYLA, futur Jean-Paul II Mobilisé en 1939 comme chef de section au 17è Rgt d'Infanterie. Capturé par les Soviétiques avec les 150 rescapés de son régiment, il a le réflexe d'enlever tout signe distinctif de ses attributs d'officiers, ce qui lui évitera peut être de finir fusillé par les Soviétiques à Katyn comme 4500 autres officiers Polonais. Il s'évade et récupéré par les Allemands et enrôlé dans l'Armée Autrichienne dont il s'évade et se cache chez sa mère. Il apprend qu'une armée polonaise se constitue en France aux ordres du Général SIKORSKI, il rejoint la France après un long périple. Il rejoint alors un groupe d'officiers polonais, puis embarque pour l'Angleterre il suit d'abord les cours de saboteur-commando puis son initiation parachutiste à Ringway où il est breveté, il est versé comme sous-lieutenant à la toute nouvelle 1ère brigade de parachutistes Polonais. Le 21 Septembre 1944, lieutenant, il saute à la tête de sa Compagnie à Arnhem en Hollande. Il est nommé Capitaine le 23 Octobre 1944. Sa brigade rejoint l'Allemagne après le capitulation comme troupe d'occupation. Ziemski ZBIGNIEW décide alors de s'engager à la Légion étrangère, âgé de 33 ans, il se présente au Fort-Saint-Nicolas de Marseille en 1948. Il découvre alors l'Afrique du Nord : Oran, Mascara ........il sera incorporé à la 7è Cie de volontaires paras qui fournit les BEP. Il suit le stage para à Philippeville puis est dirigé sur Sétif en1949 au 3è BEP, il tombe dans la section du Ltd FAULQUES. En janvier 1950, il fait partie des renforts qui doivent partir pour le 1er BEP, il est alors convoqué par FAULQUES qui vient de découvrir son passé: "Ainsi tu étais officier parachutiste Polonais ?", Ziemski, fidèle aux lois légionnaires avait caché son passé et repassé toute l'instruction para ! FAULQUES lui lance :"je t'envoie au peloton d'élèves gradés de Djidjelli, nous manquons trop de cadres confirmés, l'Indo, on verra plus tard ......" Caporal, il est de nouveau bloqué pour l'Indo, envoyé aux cours sous-off, Sergent en 1950, il essaye de partir avec le 2è BEP du CDTRAFFALI, nouvel impossibilité, ce n'est qu'en mars 1951 que le Capitaine DARMUZAI, reformant le 1er BEP anéanti sur la RC4, l'emmène avec son bataillon, il aura échappé ainsi à une mort quasi certaine sur la RC4 Il participe à la formation de la CIPLE avec ALLAIRE. Il prend part aux combats du DAY durant l'été 51, puis en novembre saute sur Cho Ben et sur Phu Doan. Avec les 150 Vietnamiens et les 39Blancs de sa Cie, il s'exprime en russe, en Allemand, en Français et désormais en Vietnamien ! En 52 il participe à Na San, dans la nuit du 1er décembre, il est atteint à la tête par des éclats de mortier. Il et opéré à l’hôpital de LANESSAN à Hanoï et évacué sur la Métropole. En avril 1953, il rejoint Sidi-Bel-Abbès sans évoquer les quelques éclats qu'il garde à la tête ce qui l'empêcherait de retourner dans un BEP ! Sergent-chef, il rejoint le 3è BEP puis Djidjelli comme instructeur. En février 54, il est volontaire pour partir avec le Ltd de STABENRATH, mais étant le plus jeune dans le grade de sous-officiers des 4 volontaires, il est contraint de rester (les 3 autres seront tués à DBP). Il rejoint l'Indo avec MASSELOT pour reformer le 1er BEP après sa disparition à Dien Bien Phu ! Puis ce sera l'Algérie au sein du 2è REP, lors d'un accrochage sur la frontière Tunisienne, il remplace son chef de section, le Ltd MONTAGNON grièvement blessé. Nommé Adjudant en 1957, à l'âge de 40 ans est déclaré inapte TAP, il prend alors la tête du centre de repos du 2è REP. Au bout d'un an, après avoir insisté, il réintègre une Cie (la CCS) avec les fonctions d'adjudant de compagnie où il reprend les sauts, il sera ensuite vaguemestre à la CCS. Adjudant-chef en 1964, il est démobilisé, il décroche un emploi comme coordinateur de piste au Bourget avant de partir définitivement en retraite en 1980. Il sera alors un pilier des Associations d'anciens Légionnaires-paras comme porte-drapeau et d'anciens SAS ! Il obtiendra la Nationalité Française.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :